Albertville

|Vanoise|

jeudi 01.01.2015, 14:00

Le nid du gypaete bientôt visible de chez soi

L'angle de vue de la caméra a dû être changé car le couple de gypaète a changé d'aire de nidification, une opération qui ne peut pas se faire à distance. Crédit à g : Folliet Patrick et à d. Martin Stéphane. L'angle de vue de la caméra a dû être changé car le couple de gypaète a changé d'aire de nidification, une opération qui ne peut pas se faire à distance. Crédit à g : Folliet Patrick et à d. Martin Stéphane.

C'est le plus grand rapace avec ses 3 mètres d'envergure. Or quatre couples nichent en Vanoise. Dont un observé de près par une caméra dont les images sont diffusées en permanence sur le site du parc national.

Le public peut donc voir le nid, le gypaète couver et l'éclosion de l'oeuf... avec un peu de chance.
Seulement voilà le relai qui transmet les images filmées par la caméra installée à près de 700 mètres du nid est tombé en panne récemment. Il a donc fallu le remplacer à 2 300 mètres d'altitude à l'aide d'un hélicoptère. Il faut dire que l'installation de cette caméra (40 kg) est une prouesse technologique et une première en France à une telle altitude et dans de telles conditions météorologiques (froid, vent, neige).
Filmer et diffuser les images du nid du gypaète est un pari. Car l'oiseau, s'il est un des rares qui niche en plein hiver (la ponte va avoir lieu en janvier pour une éclosion en avril), il ne niche pas forcément exactement au même endroit. Cette année justement les gardiens du parc national de la Vanoise se sont rendus sur le site et ont observé que le couple de rapaces apportait des branchages et des lainages dans une nouvelle aire. Il faut donc monter sur site pour changer l'angle de la caméra. Tout cela sans déranger les rapaces.
Si tout se passe bien, les internautes pourront observer les oiseaux nicher et l'oisillon grandir jusqu'à ce qu'il quitte le nid familial. Cette dernière étape aura lieu autour des mois de juin et de juillet. C'est dire s'il faudra s'armer de patience. Comme il est difficile de garantir que le public sera derrière son écran aux moments cruciaux de la naissance, de l'envol du jeune gypaète, le parc concocte après coup avec les rushs des images captées, un film des meilleurs moments. Celui de l'année 2014 est en cours de réalisation et devrait être prochainement visible (courant janvier) sur le site du parc.
Pour ceux qui préfèrent le direct. C'est en janvier d'ici deux à trois semaines que tout devrait se mettre en branle. Le nid fabriqué devrait alors être investi par la couple. À partir de là, le mâle et la femelle se relayent pour couver l'oeuf sans interruption. Car, il fait -20 degrés là-haut et en 15 minutes l'embryon peut mourir s'il y a refroidissement. Or le gypaète, s'il pond deux oeufs, l'un d'eux sert de roue de secours et n'est pas censé éclore.
S'il naît finalement, le premier poussin éclos se chargera de tuer le second oisillon Le couple de gypaète n'élève en effet qu'une seule progéniture.
C'est pour ne pas perturber cette période sensible de la reproduction de l'espèce particulièrement la couvée que la caméra est installée si loin du nid et que le passage de randonneurs, de pratiquants d'escalade ou d'autres sports dans le secteur de nidification est réglementé.
Toutes ces conditions de calme étant réunies, vous pourrez admirer le gypaète couver dés la fin du mois de janvier. À vos claviers !

VIRGINIE PASCASE

Site internet où les images sont visibles : http ://gypaete.parcnational-vanoise.fr

Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie