Albertville

|Ugine|

jeudi 12.02.2015, 14:00

Les kinés n'iront pas à la Maison médicale sans des aménagements

Le terrain en pente du Boubioz, en bordure de la Maison de santé, présente encore un aspect sauvage qui ne convient pas aux kinésithérapeutes. Le terrain en pente du Boubioz, en bordure de la Maison de santé, présente encore un aspect sauvage qui ne convient pas aux kinésithérapeutes.

Ils étaient prévus au départ, ils doivent toujours y aller, ils iront si... Avec des si on mettrait Ugine en bouteille. Situation emmêlée, sinon bloquée, autour de l'installation des 4 paramédicaux dans l'établissement de soins du chef-lieu construit par la Sem4v : Société d'économie mixte de construction et de rénovation des 4 vallées pour la Ville.

Résumé d'une négociation musclée.
« On a des patients qui sont en mobilité réduite, cela nous paraissait indispensable d'être au rez-de-chaussée et ils veulent nous mettre au niveau moins 3 », s'étonne Adrien Challier, l'un des kinésithérapeutes (avec Maryline et Rolland Mabillot, plus Céline Barrioz, tous exerçant place de l'Hôtel de Ville) en projet d'installation dans la Maison médicale. Une relocation au dernier niveau inférieur qui est loin de convenir au kiné : « Si l'ascenseur tombe en panne ou prend feu, la cage d'escalier est condamnée, on fait comment  ? Je me pose la question sur l'issue de secours : une personne en fauteuil roulant, je la sors par où ? Dans la terre et après ? » . Il rappelle au passage le projet initial d'aménagement d'une route d'accès (non-réalisée à ce jour) longeant le bas du bâtiment afin que le niveau - 3 se retrouve de plein pied. « On nous a proposé une rampe d'accès du 0 au - 3, mais c'est irréalisable avec la neige en hiver. S'il y a cette route, l'ascenseur n'est plus un problème et on signe tout de suite ! Pour la route, on nous répond que c'est en projet, mais aussi que l'on ne peut pas nous donner de date. »
La réponse du constructeur
Autre point d'achoppement, le nombre d'ouvertures insuffisant sur la façade arrière. Trop cher, aurait-on dit aux kinés qui se sont vus en vain proposer des puits de lumière. « Au - 3, il y a une moitié du bâtiment sans fenêtres et ils veulent que l'on prenne cette partie-là. Personnellement, 40 m² sans ouverture, je ne peux rien en faire, je ne vais pas louer une cave ! Nous souhaitons le côté sud qui possède des fenêtres », insiste Adrien Challier. A défaut du rez-de-chaussée convoité mais réservé aux appartements, pouvoir regrouper leurs activités et disposer de locaux neuf plus grands (150 m²) seraient pourtant le principal intérêt de cet emménagement.
« A partir du moment où le projet ne nous plaisait plus, on a choisi d'en sortir », affirme le paramédical. Avec l'espoir d'y entrer à nouveau si des propositions acceptables voient le jour. Du côté de la Sem4v, son directeur Jean-Pierre Terrier mène les tractations avec les kinés : « La réflexion est toujours en cours pour trouver une solution concernant les issues de secours ». Et au sujet d'une éventuelle panne d'ascenseur, « j'ai renégocié le contrat qui prévoit maintenant une intervention dans les quatre heures ». Enfin, y aura-t-il un chemin, une route en contrebas de la Maison de santé ? « Ce n'est pas dans mon domaine de compétences, cela concerne la Ville » répond le directeur qui confie que « les kinés, disposant d'une surface plus grande, souhaitent l'aménagement d'une piscine et doivent étudier ce qui se fait ailleurs. D'autre part, je proposerai bientôt une nouvelle réunion ».

B.L.

Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie