Albertville

jeudi 19.02.2015, 14:00

Les 6 et 7 mars, les Restos du coeur ont besoin de vous

Au siège des Restos du Coeur à Albertville, tout est fait pour se sentir comme dans n'importe quel magasin: des allées de légumes, de pain, de lait... que l'on traverse avec son chariot. Au siège des Restos du Coeur à Albertville, tout est fait pour se sentir comme dans n'importe quel magasin: des allées de légumes, de pain, de lait... que l'on traverse avec son chariot.

Vvendredi 6 et samedi 7 mars, les Restos du coeur font leur collecte nationale dans les supermarchés. Une récolte de denrées alimentaires qui permet à l'association de rester ouverte toute l'année.

Sans cela, cette dernière n'assurerait que la campagne d'hiver de novembre à mars.
Le contact humain d'abord. Et les besoins des bénéficiaires ne se limitent pas à l'hiver. Il suffit de venir aux Restos du Coeur à Albertville au moment de la distribution des denrées pour s'en apercevoir. En ce début d'après-midi sont assis autour d'une table à boire un café accompagné de gateau sec, trois Uginois. Ils ont lié connaissance aux Restos du Coeur. Car comme le précise l'un d'eux, ce qui importe plus que la distribution, c'est le contact humain. Aujourd'hui, ces trois Uginois viennent ensemble en voiture grâce au véhicule prêtée par une dame. Ils sont même allés au restaurant (au vrai), tous les trois offert par l'auberge Costaroche, à 50 bénéficiaires. « On s'est fait beau, on y est allé tous les trois, on a bien mangé », relate fièrement l'un d'eux. Car leur quotidien ce n'est pas cela.
Retraitée, à 68 ans, la seule femme du trio ne gagne que 698 euros par mois. Elle a travaillé dans des bars, fait des ménages, tenu une pâtisserie, mais avec son mari. Non déclarée, elle n'a pas cotisé. Impossible de s'en sortir sans les Restos qu'elle fréquente été comme hiver.

483 euros d'allocation
Uginois aussi, son voisin de table et ami a 55 ans. Confronté à de graves problèmes de santé, il a perdu son emploi. Il touche 483 euros d'allocation solidarité sociale (ASS). Il a dû déménager pour payer moins de loyer, il loge en HLM désormais. Il n'a pas d'enfants et vit seul. Pour lui pas question de demander de l'aide à ses soeurs, même si elles savent qu'il va au Restos. « La famille, c'est bien, mais si on peut faire soi-même... On a notre fierté », confie le quinquagénaire qui a eu un peu de mal à venir au début. Aujourd'hui, 2 ans et demi après, il apprécie. « Heureusement qu'on les a, l'accueil est chaleureux », souligne-t-il.
À côté de lui, le dernier du trio a 59 ans. Pareil. Des ennuis de santé l'ont conduit au chômage. Il touche donc 440 euros de revenu solidarité active (RSA) par mois. Bien qu'il soit logé en HLM, il a du mal à payer ses charges. On lui a coupé le gaz, il a une dette de 600 euros. Il vit seul avec sa chatte. Lui aussi, vient remplir son chariot chaque semaine. « Ma fierté, je m'assois dessus. Maintenant, ça va mieux. On se marre bien, on est bien entouré. Dès que ça ne va pas, les bénévoles sont là. Ils sont très à l'écoute des gens », reconnaît l'Uginois.
Alors quand vous irez faire vos courses les 6 ou 7 mars prochains, pensez à eux. Peut-être avez-vous déjà participé au mois de novembre à la collecte organisée par la banque alimentaire, mais cette récolte de denrées n'était pas destinée à l'association initiée par Coluche.

Un million de ressource
en moins

Or, l'importance de l'aide des particuliers est fondamentale pour les Restos du Coeur, car cette année ils font face à un recul de leurs rentrées d'argent de près d'un million d'euros (baisse de subventions). Les dons individuels eux n'ont pas diminué. Mais, la situation est délicate. Surtout que, pendant ce temps-là, le nombre de bénéficiaires ne faiblit pas. Il augmente chaque année de 13 % environ à l'échelon national. À Albertville, on comptabilise 615 adultes inscrits, soit 286 familles. L'année dernière 6,3 tonnes de denrées ont été récoltées grâce à cette collecte.
Les supermarchés où se déroule l'opération des 6 et 7 mars sont : Géant Casino, Carrefour market de la Pierre du Roy et de Charles de Gaulle à Albertville, Super U La Bathie, Carrefour market et Leader Price à Ugine. Les bonnes volontés sont les bien venues pour aider dans les magasins pendant la collecte et après pour stocker et trier les produits alimentaires.

VIRGINIE PASCASE

Pour être bénévole, contact : 04 79 32 82 38 (laisser un message avec vos coordonnées sur le répondeur, on vous rappellera).


Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie