Albertville

jeudi 26.02.2015, 14:00

A Pallud, Maurice Durand remet les pendules à l'heure

L'horloge du clocher de Pallud fait l'objet depuis quelques semaines d'un différend d'autant plus déchirant qu'il oppose deux amis... L'horloge du clocher de Pallud fait l'objet depuis quelques semaines d'un différend d'autant plus déchirant qu'il oppose deux amis...

Maurice Durand a appris la nouvelle à l'occasion de la cérémonie des voeux : la réparation de l'horloge de l'église a été confiée à une société annécienne pour la somme de 5 784 euros.

Pour ce meilleur ouvrier de France dont la remise en état des carillons a toujours été plus qu'un métier, une passion, cette information a été vécue comme une trahison. Un mois après, il ne s'en est pas remis. Le maire de la commune, James Dunand, un ami à lui, n'esquive pas cette délicate question et justifie une décision dont il reconnaît qu'elle n'a pas été prise de gaîté de coeur.
Son atelier est un véritable musée tapissé de pièces joliment manufacturées. Penché sur une toquante à bout de souffle, Maurice Durand prodigue les premiers soins. Concentré, sur son altesse, il n'en oublie pas le sujet : «  L'annonce de cette intervention a eu le même impact que si j'avais reçu un uppercut en pleine gueule. Elle m'a laissé KO debout. J'ai tenté de faire bonne figure, mais je suis rentré chez moi groggy, abattu. J'ai ruminé cette décision, tenté de la comprendre, et puis un matin je me suis levé avec la colère au ventre, il fallait que je sorte les crocs ! » Le professionnel ne comprend pas qu'on l'ait oublié, que l'on ne se soit pas remémoré toutes ces fois où il a proposé ses services à la commune pour réparer l'horloge à un coût qu'il estime symbolique : «  J'ai l'impression d'être transparent, d'être remis en cause dans mes compétences : à l'heure où l'on doit contenir les finances publiques, la mairie prend la décision de payer 5 784 euros là où je n'aurais facturé que deux petits pots de peinture, quelques feuilles de toiles émeri, de l'essence et de l'huile... de coude, gratuite celle-ci ! » Cette décision le rend d'autant plus triste que, dit-il, « c'est le clocher qui m'a vu naître : j'ai été baptisé à l'église de Pallud, j'ai été à l'école de Pallud, ma vie est dans cette commune, ma famille, mes amis  ». Parmi lesquels James Dunand, premier magistrat... et avant cela adjoint à qui Maurice Durand avait proposé ses services.

« Pendant huit ans, il a eu la possibilité de le faire ! »
Il s'en souvient d'ailleurs très bien : « Je suis maire depuis 2014 et ai réalisé auparavant deux mandats en tant qu'adjoint. La première fois que nous avons évoqué le sujet, c'était sous mon premier mandat, je l'ai depuis régulièrement relancé et il m'a effectivement toujours dit "il faut que je m'en occupe", sans que les choses ne progressent jamais. Un jour, j'ai demandé à la société qui assure le contrat de maintenance de l'église de me chiffrer les travaux, et comme le dossier était subventionnable, nous avons conclu avec eux. Je comprends que cela affecte Maurice Durand qui est un ami, mais pendant huit ans, il a eu la possibilité de le faire. Dans notre société d'aujourd'hui, si on ne répond pas dans la journée à un mail, on peut perdre un contrat ! » Désolé de cet épisode, il conclut : « La première fois que j'ai vu son travail, c'était à Nâves, c'était remarquable et dans ce contexte, bien sûr que j''aurais aimé travailler avec lui ! » Pour de prochains travaux, qui sait !

JOHAN FABIN


Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie