Savoie

jeudi 09.10.2014, 14:00

Charlène concrétise son rêve avec les écuries de Grand-Coeur

Charlène se dit «heureuse et fière de ce que j'ai réussi à petite échelle. Même si c'est dur, je fais ce qui me plaît, sans personne sur mon dos pour me diriger!» Charlène se dit «heureuse et fière de ce que j'ai réussi à petite échelle. Même si c'est dur, je fais ce qui me plaît, sans personne sur mon dos pour me diriger!»

Depuis toute petite, Charlène Manghera mûrit avec sa soeur l'idée de créer un centre équestre dans la ferme familiale.

Après beaucoup de travail et quelques péripéties, la jeune femme fait partager son rêve aux adhérents d'un cahier de réservations qui affiche complet.
Imbriquées au coeur du village, les écuries se composent d'une ferme spécialement aménagée, d'une carrière en sable tout juste finalisée et de parcelles où folâtrent les chevaux à la belle saison : « Mes parents avaient acquis ces espaces pour y installer un élevage. Leur projet s'est éteint après leur séparation mais mon père a toujours gardé deux juments  » Charlène et sa soeur grandissent dans cet environnement privilégié et fécondent peu à peu ce désir de combiner à la pension les activités traditionnelles d'un centre équestre. Après un BTS agricole qui lui assure les capacités de gérer une telle exploitation, Charlène passe une formation d'un an en Haute-Savoie pour décrocher ses galons de monitrice : « Ce fut délicat pour ma soeur de rester ici à gérer seule les chevaux et sa première grossesse. Sa motivation s'est émoussée et elle a fini par changer d'optique... Je me suis retrouvée seule face au défi de l'installation. J'aurais pu baisser les bras, mais j'aurais nourri trop de regrets de ne pas avoir osé l'aventure... Ce d'autant que de Frontenex à Bourg-Saint-Maurice, il n'existe aucune structure de cette nature ». Bien aidée par ses proches, Charlène s'attelle à la tâche et s'équipe d'une carrière digne de ce nom : « La précédente, en terre, n'était pas adaptée, ça devenait un champ boue la pluie venue avec le danger que cela représente pour les chevaux comme les cavaliers ». Et les chevaux, plus qu'une passion, c'est pour elle une philosophie, un art de vivre : « Je suis très attachée à leur bien-être, ce ne sont pas des machines ou des outils de travail à exploiter au maximum de leurs capacités. En créant ces écuries, je me suis toujours dit que je n'en ferais pas une usine  ». Angoissée à l'heure d'accueillir ses premiers élèves, la cavalière confie prendre beaucoup de plaisir à transmettre ses connaissances au sein d'un outil qu'elle est fière d'avoir concrétisé : « Et ce même si ce n'est pas toujours simple. Si je délègue une partie des tâches administratives, l'entretien des écuries me demande d'autant plus d'investissement que je suis peu mécanisée  ». La saison d'hiver, pour rembourser ses traites et dettes, elle continuera de travailler aux remontées mécaniques de Valmorel. Toujours souriante et pleine d'optimisme, elle ne sourcille même pas quand on la confronte à l'ouverture d'un site identique à Ugine : « La filière équine ne doit pas s'élever en se jetant des pierres. Je suis là pour répondre à une demande et faire en sorte de dynamiser la vallée, quitte à collaborer avec d'autres centres ! » Pensions, promenades, cours : Charlène affiche une belle activité... d'ailleurs, elle ne repousse pas l'éventualité de délocaliser à l'extérieur du village son centre équestre : « Ici, ce n'est pas l'idéal pour imaginer des extensions. Disons que je suis en phase de transition avant un éventuel déménagement au profit d'une plus grosse installation ».
C'est tout le mal qu'on lui souhaite !
J.F.


Charlène Manghera, Les Écuries de Grand Coeur, 06 80 37 20 07.

Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie