Sortir

|Marthod|

jeudi 06.11.2014, 14:00

La légende de Pink Floyd animée par des Savoyards

Sébastien Ducroux, la simplicité et l'humilité d'un musicien qui a fait de son art une réussite. Sébastien Ducroux, la simplicité et l'humilité d'un musicien qui a fait de son art une réussite.

Best of Floyd se produit à l'Arcadium d'Annecy, samedi 8 novembre à 20 h. Une première date d'une tournée toute nouvelle où la formation joue sur scène dans un show encore plus étincelant.

La légende d'un des plus grands groupes au monde est entretenue par un groupe de musiciens locaux dont Sébastien Ducroux de Marthod. Rencontre avec un passionné de musique et de Floyd.
Installé à Marthod depuis plus de vingt ans (il est originaire d'Aix-les-Bains), Sébastien Ducroux, avec la musique, a connu un parcours hors du commun.
« J'ai attaqué un jour dans les bals, j'avais 11 ans. À l'accordéon. J'ai commencé l'instrument j'avais sept ans. Mon père qui aurait toujours aimé jouer de l'accordéon m'a proposé d'essayer le sport, gymnastique et la musique aux Accordéonistes aixois. Après une séance d'essai je choisis la musique. » Un choix qui va déterminer tout son parcours personnel.
Il écume les bals populaires pendant 25 ans, est musicien des Accordéonistes aixois jusqu'à l'âge de 28 ans et consacrera ses études à la musique en fac de musicologie à Lyon. « Après Aix, j'intègre, pour progresser, l'école d'André Teppaz à Chambéry. J'y rencontre Maurice Larcange qui me fait rejoindre les Petits prodiges et Génération 2 000 avec qui j'enregistre trois disques sur Paris en 1992. Des compilations où chaque accordéoniste enregistrait deux ou trois titres. »
De l'accordéon au piano,
la musique toujours

À l'armée, qu'il effectue dans la musique aux Chasseurs alpins de Varces, il découvre le tuba et le trombone et dans son parcours de bal, il pose ses doigts et sa virtuosité, en total autodidacte, sur les claviers et piano. « J'ai commencé le bal avec Rudy H à Grenoble. C'était trop loin, je suis revenu à Aix et avec des musiciens des Accordéonistes aixois, on a créé le groupe Everest. Nous avons joué vingt ans ensemble. » L'an 2000 le consacre professeur de musique en collège. Il débute à Lyon pour, un an plus tard, rejoindre Ugine, le collège Perrier de La Bâthie.
Oui, mais alors, Best of Floyd, dans tout cela ? « C'est arrivé en 2006. J'ai connu Bertrand Lefèvre, le leader de Best of Floyd, dans des pianos bars quelques années avant. Par hasard on s'est retrouvé dans un concert de Toto... » Rencontre une nouvelle fois décisive : « Best of Floyd cherchait un deuxième clavier, j'ai passé les auditions et j'ai été retenu. » L'amorce d'une épopée musicale qui connaît aujourd'hui un essor considérable.
« Au départ le groupe de reprise des Pink Floyd, s'appelait Floyd Légend, c'est devenu "Live tribute to Pink Floyd" jusqu'en 2009. Date à laquelle on s'est dénommé Best of Floyd. On a très vite attaqué les grandes salles. Notamment avec le 30e anniversaire de "The Wall" avec AMB Prod. Le Transborder à Lyon, l'Olympia en 2011. Un apogée. »
Tout en fréquentant les petites salles savoyardes.
« L'Olympia en 2011, nous l'avons fait avec la chorale des jeunes du collège d'Ugine. Un souvenir inoubliable, dont on parle encore quand je revois les anciens élèves. » C'est aussi l'époque où « Richard Water production nous repère et nous propose en coproduction avec AMB Prod de faire une tournée dans le Nord Est de la France ». Un échec, Best of Floyd est bien connu en Savoie, mais dans l'Est pas du tout. « On devait assurer 20 dates, on n'en a joué que cinq. Pas assez de monde. » La traversée du désert commence, une année sans date, la séparation avec AMB Prod.
« En 2012, on rencontre Tony Di Masullo, l'année suivante, il nous propose de remonter Best of Floyd. On réattaque à Jacob-Bellecombette on enchaîne avec Saint-Pierre d'Albigny, les Estivales du château où on rassemble 3 800 personnes, la Halle olympique avec ADN, plus de 3 000 spectateurs... »
Une nouvelle ère
encore plus Floyd

Et la chance revient. « On croise Zanaro et s'annonce pour cette fin d'année et 2015, une coproduction avec lui. Et une série de dates : le 8 novembre à Annecy à l'Arcadium, le 15 à Nantes, le 21 à Roannes. Ensuite Lyon, Montpellier, Genève, Paris, Divonne, Evian, le Phare à Chambéry et de nouveau l'Olympia. Il nous a demandé de gonfler l'aspect show du spectacle. On a trois choristes en plus. C'est dans cette nouvelle présentation qu'on sera à Annecy. » Deux heures de spectacle qui vont en mettre plein les yeux et du Pink Floyd plein la tête. Best of Floyd est considéré comme le meilleur groupe français de reprise de la mythique formation. « On travaille beaucoup, à partir des albums du groupe. On fait beaucoup de recherche de sons, mais on ne pompe pas Pink Floyd, on y met beaucoup de nous. Tout en restant dans le moule, l'univers Floyd. Les gens nous disent souvent on s'y croirait ! » Quel plus beau compliment.

L. M.


Journal La Savoie
Réagissez sur Facebook

Vos réactions

Pour réagir à cet article :

  • introduisez votre nom d'utilisateur
  • rédigez votre commentaire
  • postez
Default page


Audaxis, l'esprit libre
Audaxis - L'esprit Libre

14, rue du Sec Arembault
59002 Lille Cedex
lasavoie.fr
Le site de La Savoie